Maman et son ourson

Posted by Ulrich Josserand on

Le mois de mars arrive et va nous apporter le printemps. Le printemps est une saison que j’aime beaucoup. En effet, l’hiver je suis beaucoup sur des contrats pour la photo d’aventure. Ces contrats me font suivre des cœurs aventuriers dans des sorties de sports d’aventures, comme le ski de montagne (skimo), le snowkite ou le canot de glace par exemple pour immortaliser leurs journées.

Le printemps me laisse plus de temps pour faire de la photo animalière et des espaces sauvages avec les journées qui allongent. En plus, le printemps c’est la saison des amours, puis celle des petits ! Ça permet donc de voir des comportements qu’on voit moins le reste de l’année.

 

Aujourd’hui dans histoire de photos, nous allons aller en arrière de la caméra et voir comment j’ai pu prendre cette photo de maman ourse et son petit !

C’était par une journée ensoleillée de la fin du printemps à Forillon. Une journée très agréable qui donnait envie de prendre l’air sur les bords de la mer. À Forillon, j’ai mes petites habitudes. Je me stationne souvent, à côté du centre récréatif, aux pieds de l’église St-Peter. C’est une longue marche pour aller jusqu’au phare de Cap-Gaspé, mais ça permet de suivre le sentier sur le bord des falaises et de profiter de la mer.

Je me suis mis en marche vers 13h. ma sortie à commencer par des photos d’un porc-épic devant l’église. C’est un habitué, je le voyais souvent dans ce secteur ainsi qu’un écureuil colérique qui se met à crier dès qu’il nous voit au loin. Environ une heure plus tard, j’arrivais sur le site patrimonial de Grande Grave. Je vais toujours au bout du quai en espérant y voir des phoques et des baleines. Cette journée-là, il n’y avait pas de phoque, mais je les ai rencontrés plus loin. J’ai donc continué ma marche, et monter la côte qui arrive dans la cour du Magasin Général Hyman. Dans le haut de la cour, alors que je faisais attention de ne pas me frotter contre les orties qui bordent le sentier, je lève les yeux et tombe immédiatement en amour avec ce que je vois. Le Magasin Général a comme dépendance un ancien entrepôt sur le haut de la falaise. C’est là qu’une ourse se tenait avec son ourson. Je suis donc resté où j’étais afin de photographier les deux à l’aide de mon téléobjectif. Bien qu’il y eût d’autres personnes dans le secteur, Maman ourse ne montrait pas de signe de stress. On voit bien dans ces situations que les ours de Forillon sont habitués à la présence humaine. Elle continuait ses occupations et semblait chercher des baies. Les ours noirs sont omnivores mais la majorité de son régime alimentaire est d’origine végétale. Il n’est d’ailleurs pas rare de les voir brouter l’herbe étonnamment verte de Forillon. Pour l’anecdote amusante, un ours noir malgré sa tête immense est capable de cueillir des bleuets et des fraises sauvages ou encore manger de minuscules fourmis grâce à sa langue très agile !

Je garde quand même en tête qu’un ours est quand même capable de courir à 50-55 km/h et que je ne suis pas capable de telles prouesses… Comme l’animal ne semblait pas stressé et que l’ourson non plus, je suis remonté sur la route pour contourner le Magasin Général et rester en surplomb de la cour ce qui m’a permis, pendant environs cinq minutes de prendre de beaux clichés de notre duo. Après ce temps, j’ai décider de continuer mon chemin et de laisser ma rencontre derrière moi.

Je dois avouer que j’espère secrètement revoir ces deux individus. Malheureusement je ne pense pas être capable de les reconnaitre si je les croise de nouveau. On s’entend que notre ourson doit avoir bien grandi !

Être photographe, je trouve que c’est vraiment un privilège. J’ai la chance de voir des scènes magnifiques qui restent gravées dans ma mémoire, et bien que j’essais de vous les partager au mieux, la vivre est toujours exceptionnel.


Share this post



← Older Post Newer Post →


0 comments

Leave a comment

Please note, comments must be approved before they are published.