Photo, éthique et techniques photographiques

Posted by Ulrich Josserand on

Nous allons voir aujourd'hui deux techniques pour la photo de nuit. Mais avant, nous allons voir quelques lignes concernant l'éthique.

Il existe plusieurs façon de faire de la photo de paysages étoilés, dont certaines plus ou moins éthiques. Aujourd'hui, avec les logiciels, ont peut changer le ciel d'un paysage automatiquement ou presque avec de bons resultats. Ce qui naturellement peut conduire à des dérives. D'ailleurs, une photographe américaine qui vendait ses clichés 6000 dollars, il y a quelques année, a vu ses articles Web retirés du National Geographic car elle "collait" des ciels étoilés sur des paysages africains sans se soucier si ces étoiles étaient biens visibles depuis ces lieux. (source : Science & Vie Photo, Août-Septembre 2019). Je pense qu'un cas comme celui-ci devrait montrer au gens la différence entre la photographie et les création artistiques. Je pense donc, que le créateur a le devoir de le préciser lorsqu'il dévoile un cliché, s'il s'agit d'une photo ou d'une création artistique.

Pour moi, une création artistique est un cliché qui a été modifié afin d'en altérer grandement la réalité. Par exemple, si je prends en photo les manèges de La Ronde à Montréal mais que je remplace le ciel par un ciel de Gaspésie, alors j'entre dans la création artistique, dans ce cas, pour la réputation du photographe et afin de ne pas induire en erreur la personne qui regarde la photo, je pense qu'il est important de le préciser, mais bien sûr cette remarque n'engage que moi et je ne porte là aucun jugement.

Parlons maintenant de ces deux fameuses techniques pour faire des paysages étoilés. Nous commencerons par un rappel de la première technique, la pose longue qui fait l'objet d'un précédent articles.

 

La pose longue est donc le fait d'exposer une scene pendant plusieurs secondes ou plus. Je pratique souvent dans mes photos de paysages étoilés la pose longue en une seule pose. Je la trouve plus authentique et aussi évidement plus simple. J'utilise souvent un boitier Sony A6000 acompagné d'une lentille Tamron 17-50mm F2.8. Ce détail est important car comme ce boitier n'est pas un boitier "plein format" il a donc un coéficient multiplicateur de 1.5 (capteur APS-C). C'est une limite important en photo de nuit, car il existe une règle pour que les étoiles restent des points à savoir 500 divisé par la focale. Par exemple, sur un boitier plein format, 17mm correspond à 17mm, tandis que sur un aps-c sauf Canon, 17mm correspond à 25.5mm et à 27.2mm sur un Canon aps-c. Ça divise donc mon temps d'exposition d'autant pour que mes étoiles restent des points. À 17mm, pour un plein format je peux exposer environ 29s alors que ce temps se réduit à 19s pour un aps-c et à 18s pour un aps-c Canon. Du coup, comme le temps d'exposition se réduit, on doit augmenter la sensibilité iso ou ouvrir l'objectif. Dans mon cas, que j'utilise mon boitier Sony ou Canon, je me mets de base à une exposition de 15s et joue ensuite avec les iso. Concernant l'ouverture, je définis avant de prendre ma photo vu que la modification de l'ouverture modifie aussi ma profondeur de champ. Le problème de cette technique est que si on veut voir beaucoup de paysage ça nous prend une grande profondeur de champ. Donc nous devons fermer notre objectif ce qui le rend moins lumineux. Nous devons alors augmenter la sensibilité iso et arrivons donc rapidement aux limites des boitiers. (plus les iso sont élevés moins la photo est de qualité à cause du bruit créé sur l'image)

 

Pour palier à ce problème il existe la deuxième technique que nous allons voir. Il s'agit d'une façon de faire plus technique mais qui permet de faire des photos de meilleure qualité et de palier les problèmes de limites de sensibilités. Il s'agit alors de séparer la prise de vue du premier plan et celle du ciel. Il est possible de faire aussi plusieurs prise de vues de la même scène en longues expositions mais cette façon de faire est encore plus technique car il va falloir aligner non seulement les étoiles, mais aussi le sol. Nous la verrons donc dans un prochain article.

Pour illustrer cette seconde techniques, j'ai pris cette photo de Rimouski depuis le Site Historique Maritime de Pointe-au-Père. Une difficulté de plus se présentait car la pollution lumineuse de la ville obstruait le ciel. Cette photo est issue de cinq prises de vues. Quatre pour le ciel et une pour la ville.

La photo du sol à été prise avec un Canon aps-c et un objectif Tamron 17-50mm f2.8 à 17mm f9 exposée 30s. Comme on a vu plus haut, dans ce cas, 17mm correspond donc à 27.2mm pour un plein format. Exposé 30s mes étoiles n'étaient donc plus des points. J'ai choisi f9, car à cette ouverture (et supérieures) les lumières des lampadaires et autres deviennent des étoiles au lieu de points.

Pour le ciel, il s'agit de quatre exposition avec ce même objectif (donc encore une fois 27.2mm sur un plein format) toutes sont à f2.8, deux à 800 iso et deux à 1600 iso.

En post-traitement, j'ai empilé et aligné les photos du ciel. Plusieurs logiciels permettent de le faire facilement comme DeepSkyStacker ou Sequator. Ces logiciel permettent d'aligner les étoiles car même si les photos ont été prises les unes derrières les autres, comme notre chère planète tourne, les étoiles bougent dans le ciel. après les avoir empilées, je les ai traité sur un logiciel de post-traitement, ici photoshop afin de réduire le fameux bruit vu tantôt, régler le contraste et le voile de la photo ainsi qu'appliquer les corrections des aberration de la lentille.

La photo du sol est passée par le même post-traitement, particulièrement la correction du voile afin d'aténuer les lumières de la ville projetés dans le ciel.

Pour finir, la photo finale issue des quatre photos du ciel a été mise en remplacement du ciel de la photo du sol.

Cette techniques très répendue permets d'obtenir des photos de meilleures qualités et de contourner les limites des boitiers. Comme mentionné en introduction, cette même techniques de collage de ciel sur un premier plan peut être appliquer sur à peu près n'importe quelle photo et pas seulement sur des photos de nuit. Il est tout à fait possible de coller un ciel de coucher de soleil à la place d'un ciel gris ou le ciel de la Gaspésie au dessus de Paris. Je crois très important de le préciser dans ces cas dans la description de la photo quand le ciel n'a pas été prit au même endroit. Tout comme il est important de le signaler quand c'est un photomontage afin de ne pas induire en erreur le spectateur. Pour finir, s'il s'agit de ciel prit dans les banques d'images photos sur internet, il est toujours bien de mentionner l'auteur et naturellement de payer les droits lorsqu'ils s'appliquent !

Pour finir, l'autre avantage des empilements de photos est que dans certaines conditions nous pouvons aussi contourner les effets de la pose longue que l'on ne voudrait pas pour des raisons artistique. La pose longue floute ce qui est en mouvement, comme l'eau par exemple, donc dans certaines conditions avec cette seconde technique nous pouvons garder notre eau non floutée tout en ayant les étoiles dans le ciel.


Share this post



← Older Post Newer Post →


0 comments

Leave a comment

Please note, comments must be approved before they are published.